Perdre sa meilleure amie

Je t’aime beaucoup cependant
Pour être honnête, ce roman m’ennuyait un peu, spécialement durant la première moitié. Vendredi dernier, j’ai perdu mon meilleur ami. Il a décidé de couper les ponts et d’aller refaire sa vie dans sa ville natale. Et la peine que je ressens est tellement grande que celle de Rosalie n’a plus rien d’insignifiant.

Un retour en arrière qui enrichit le présent des Nombrils

Une fille en or
À chaque fois que Delaf et Dubuc parlent des Vacheries, c’est pour dire que c’est une petite pause dans l’histoire de la série originale qui a pris toute une ampleur, que c’est plus léger et que ce sont de simples gags qui ne durent qu’une page. Et pourtant! Les blagues ne sont pas aussi finies, aussi discontinues qu’on pourrait le croire.

Manuel de la vie sauvage, Jean-Philippe Baril Guérard, Éditions de Ta Mère

Une technologie pour hacker la mort

Manuel de la vie sauvage
Quand il est sorti en librairie, j’avais certaines réserves. En lisant la quatrième de couverture, je ne sais pas, on dirait que je croyais que c’était une version HEC de Royal, une œuvre aussi abrasive qui reprendrait sensiblement les mêmes idées et les appliquerait à un autre domaine réunissant des élites autoproclamées: l’entrepreneuriat.
C’est vraiment meilleur que ça.

Lilie L'apprentie adulte, Samuel Larochelle, Éditions Druide

Quand l’enfance cède le pas devant la mort

Lilie L’apprentie adulte
Je pense que la mort a un aléa. C’est la mort qui marque notre séparation d’avec nos proches. Mais c’est probablement aussi la mort qui, au moment où l’on commence à vivre en sachant qu’elle nous guette, marque notre passage à l’âge adulte. Et c’est exactement ce que Lilie expérimente dans ce tome.